Né à La Borne en 1949,  petit village de potiers renommé pour ses cuissons du grès.  A l'école il n'y avait que les séances de dessin qui me convenaient le reste m'angoissait. Tout particulièrement les mathématiques. A la Borne j'étais fasciné par les modelages et peinture d'André Rosay et venait parfois fureter dans son atelier et papoter avec lui. Il me donnait souvent un bout d'argile et je modelais de petits animaux.

A l'école j'étais un élève moyen sauf en dessin ce qui me valait de briller en sciences, en géographie et en géométrie parce qu'il y avait une part de dessin dans ces domaines. Mes occupations favorites de l'enfance : '' traîner'' dans la nature et reproduire du mieux que je pouvais les planches dessinées des dictionnaires, et de tous les livres illustrés qu'il m'était donné d'avoir. Je consacrais une bonne partie du temps de libre à peindre et dessiner ; les mélanges de couleurs avec les tubes de gouaches me procurait l'agréable sensation d'en pénétrer les mystéres..                                                        

    A l'entrée dans l'adolescence j'avais émis l'hypothèse de rentrer dans une école d'art, mais je n'ai pas été assez persuasif et mes professeurs et parents m'ont orienté vers le métier d'instituteur. Mes seuls exploits dans ces années fut de décrocher la meilleure note à l'option dessin  du Baccalauréat de l'Académie d'Orléans Tours et de faire rire les copains avec des caricatures .  J'ai donc mené une carrière d'enseignant . Mais le désir de peindre m'accompagnait et je produisais par moment quelques toiles dans des moments d'évasion. Dans mon travail d'enseignant j'ai toujours valorisé la part créative des élèves au détriment peut-être d'une rigueur pour les apprentissages...   

        Puis je suis arrivé dans les Hautes -Alpes  et j'y ai découvert l'aquarelle grâce à Guy Clémencet un amateur en ce domaine.  C'est alors que les carnets et les tubes n'ont plus jamais quitté mon sac à dos. Hiver comme été j'essaye de traduire un moment d'émotion dans cette prodigieuse nature qu'offrent les départements des Hautes – Alpes et des Alpes de Hautes Provence.

    Mais c'est à quarante ans que je vais reprendre sérieusement mes pinceaux et ne plus les lâcher à la faveur oserai-je dire du moment de désespoir que fut la rupture avec ma compagne. Sur les traces des peintres j'ai remonté l'histoire, sillonné l'Italie... églises, musées, palais, monuments...arpenté les musées parisiens, les cavernes pariétales  … glanant de ci de la, au hasard des rencontres les conseils et les avis des peintres,  artistes et amateurs d'art rencontrés sur mon chemin.

  Je n'ai jamais fait un business avec mes productions. Quelques expos intimistes émaillent cependant mon parcours solitaire.  La plupart sur le département des Hautes Alpes (Briançon , Embrun, Gap, Monétier les Bains, Vallouise) une dans l'isère à St Christophe en Oisans, quatre dans le Cher (une chez le viticulteur Daniel Chotard à Crésancy en sancerre, deux à la Borne, une dans le hall d'accueil de la MGEN  de Bourges pendant le printemps). La dernière en date en août 2012, une  installation  des aquarelles que j'avais réalisées pendant les concerts le dernier jour du festival jazz de Crest. Moment  court qui fut pour moi un moment intense d'émotion face à la diligence des organisateurs, des bénévoles, des journalistes et du public.